Délit de fuite et Dashcam

415

Dans nos quotidiens, nous avons tous été victimes ou témoins d’un accident où l’une des parties a filé à l’anglaise. ashcam et assurance. Peut-on apporter la preuve d’un accident ou d’un délit de fuite avec une dashcam ? comment ça marche ?

 

La victime d’un délit de fuite à la suite d’un accrochage ou d’un accident doivent avoir les réflexes suivants :

  • Recueillir le maximum d’informations possible sur le véhicule (marque de la voiture, couleur, modèle, etc.) et relever le numéro de la plaque d’immatriculation ;
  • Ensuite, et très rapidement, déposer plainte auprès des forces de l’ordre en expliquant en détails les contours de l’accrochage (heure, lieu précis, données sur l’autre véhicule..) ;
  • Enfin, faire parvenir le PV de police ou de gendarmerie à son assureur.  

Aujourd’hui, on remarque de plus en plus l’utilisation de Dashcam comme moyen d’enregistrer ce qui se passe sur le trajet.

 

Les Dashcam rassurent et peuvent jouer les redresseurs de torts. Bien que les images ne soient toujours pas considérées légalement comme éléments probants, elles constituent des justificatifs pouvant clarifier une situation et innocenter l’une des parties.

 

 

A moins d’avoir eu le temps d’identifier le coupable du délit de fuite, de relever l’immatriculation et de récupérer des témoignages (jamais évident), la victime du délit de fuite se retrouvera dans une position inconfortable : dans le meilleur des cas, elle aura une franchise à régler si elle est assurée « tous risques ».


Si l’assurance de la victime est simplement une RC, les dégâts seront entièrement à sa charge.

 

Si elle est bien orientée, la Dashcam filme et sauvegarde parfois automatiquement la vidéo en cas de choc et peut confirmer qu’il y avait bien un tiers et que vous n’avez pas eu le sinistre seul.